La Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC) territoire de Mambasa dans la province de l’Ituri alerte et dénonce les menaces et arrestations arbitraires auxquelles font face ces jours, les défenseurs de droits humains œuvrant dans cette partie du pays.

En effet, depuis l’assassinat du journaliste Joël Mumbere Musavuli Il y a peu, plusieurs défenseurs des droits humains sont menacés par des personnes inconnues.

La nouvelle société civile congolaise par le biais de son coordinateur Maitre John Vuleveryo, exige la libération sans condition des défenseurs des droits humains et acteurs de la société civile arrêtés arbitrairement, notamment Mapoli Vyakuno acteur de la société civile locale, Muhindo Peresi Mamboro activiste de la CRDH accusé pour dénonciation de l’incompétence d’un colonel de la place.

Toutes ces autorités civile chargées de défendre la population sont détenues dans un camp militaire où une somme de 500$ est exigée pour leur libération.

« Nous confirmons évidemment que depuis l’assassinat du journaliste Joël Musavuli, les acteurs de la société civile et activistes de défense de droits humains subissent des menaces provenant des personnes inconnues et 3 autres arrêtés arbitrairement en l’espace de 1 mois par le service de sécurité. Ils sont détenus dans un camp militaire de la place. À un des activistes bien attendu arrêté est reproché d’avoir retrouvé une causerie WhatsApp en commentaire qui sollicite le relèvement du commandement du bataillon qui contrôle la chefferie de babila babombi. Pour recouvrer leur libération chacun est soumis au paiement de 500$ », fait savoir notre source

Justin Mufabule

Topics #Mambasa #société civile