Les forces vives en province de l’Ituri ont exprimé leur vive préoccupation après l’assassinat, dimanche 21 juin dernier, de 3 autres civils par des hommes armés en territoire de Djugu, devenu théâtre sanglant des atrocités rebelles.

Selon le président de la société civile de Mazé en chefferie des Bahema-Nord, ces attaques ont eu lieu la journée du dimanche au village Olo dans le groupement Utcha où monsieur Uzia a été décapité par les miliciens de la CODECO pendant qu’il partait à Mazé le matin vers 8h.

 » Aujourd’hui le matin, comme les gens ne dorment pas dans leurs villages, les gens se regroupent autour des militaires à Mazé centre, alors quand papa Uzia revenait de là où il réside, alors il s’est croisé avec les miliciens de la CODECO. Il a été décapité et est mort sur place », rapporte Jean-Vianney Ngesse, son président, avant d’ajouter :

 » Vers 12h comme ça, le taximan-moto nommé Charité du village Largu en partance pour Bulé, est tombé aussi dans l’embuscade de ces hors-la-loi toujours à Olo avec sa cliente, vendeuse des poissons du nom de Charlotte. »

Le président de la structure citoyenne renseigne que la moto et les poissons des victimes ont été emportés par ces assaillants venus du groupement Gopka de passage pour le groupement Ladedjo en secteur de walendu-Pitsi.

La première victime a été enterrée le même dimanche tandis que les deux autres victimes, à savoir le motard et sa cliente seront enterrés ce lundi 22 J’juin, précise la même source.

Actifs dans le territoire de Djugu depuis décembre 2017, les assaillants de la CODECO sont auteurs des meurtres des civils, du pillage, de l’incendie des maisons ainsi qu’à la base d’un déplacement massif de la population.

Gloire Mumbesa

Topics #Insecurité #Ituri