Selon un rapport rendu public mardi par Amnesty International et Afrewatch, des enfants travaillent dans des « conditions périlleuses », aux côtés des adultes, pour l’extraction du cobalt dans le sud de la RDC. Les multinationales fermeraient les yeux sur cette situation dramatique. Faux, rétorque Kinshasa qui se dit « victime d’une guerre commerciale ».

Savez-vous d’où vient le cobalt qui rentre notamment dans la fabrication de votre smartphone ou de votre voiture électrique ? Un rapport publié, le 19 janvier, par Amnesty International et Afrewatch « retrace le parcours de ce minerai utilisé dans les batteries lithium-ion, depuis les mines où des enfants, parfois âgés de sept ans seulement, et des adultes travaillent dans des conditions périlleuses ».

Dans ce document de 88 pages, les deux ONG pointent du doigt 16 multinationales –  Ahong, Apple, BYD, Daimler, Dell, HP, Huawei, Inventec, Lenovo, LG, Microsoft, Samsung, Sony, Vodafone, Volkswagen et ZTE – qui ne sont pas en mesure aujourd’hui, selon elles, de s’assurer que le cobalt extrait par des enfants, notamment ceux qui travaillent dans les mines situées dans le sud de la RDC, n’est pas utilisé dans la fabrication de leurs produits tels que les téléphones intelligents et les voitures électriques.